LIÈGE, Conservatoire royal de Musique

Georg Westenfelder (1982)

En savoir plus

LIÈGE (ROCOURT), Saint-Joseph

André Thomas (1972), Hadrien Paulus (1998)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Nicolas

Verschueren (1954)

En savoir plus

LIÈGE, Chapelle Saint-Roch-en-Volière

Guillaume Robustelly (1769) / Rest. Dominique Thomas (2010)

En savoir plus

LIEGE, Saint-Vincent

Guido Schumacher (1992)

En savoir plus

LIÈGE, Salle Philharmonique

Pierre Schyven (1888) / Rest. Manufacture d’Orgues Thomas et Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (2005)

En savoir plus

LIÈGE, Sainte-Foy

Willem Pereboom & Jan Leyser (1877)

En savoir plus

LIÈGE, Église du Grand Séminaire

Arnold Clerinx (1854) / Rest. Karl Kamp (1956)

En savoir plus

LIÈGE , Sainte-Marie-des-Anges

Willem Pereboom & Jan Leyser (1876)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Denis

Joseph Merklin (1862) / Maurice Delmotte (ca 1960)

En savoir plus

LIÈGE, Église Saint-Jacques

Anonyme (1600) / Reconstruction par la Manufacture d’Orgues Schumacher (1998)

En savoir plus

LIEGE, Couvent des Filles de la Croix

Pereboom & Leyser (1893)

LIÈGE, Cathédrale Saint-Paul

Joseph Merklin (1870)

En savoir plus

LIÈGE (CHÊNÉE), Saint-Pierre

Arnold Clerinx (1871) / André Thomas (1973)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Sacrement

André Thomas (1983)

En savoir plus

LIÈGE, Abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame

Jean-Baptiste Le Picard (1737) / Rest. Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (1980)

En savoir plus

LIÈGE, Temple Protestant

Orgue Joseph II Weimbs (1977)

En savoir plus

LIÉGE, Saint-Barthélemy (grand orgue)

Joseph Merklin (1852)/ Pierre Schyven (1887)/ Rest. Schumacher (2014)

En savoir plus

LIEGE, St. Jacques (orgue ce choeur)

Anonyme XVIIIe siècle

En savoir plus

LIEGE, Sainte-Marguerite

André Thomas (1995)

En savoir plus

LIEGE, Sainte-Croix

Buffet de 1610 / Orgue Arnold Clerinx (1861)

En savoir plus

LIÈGE, Sainte-Catherine

Arnold Clerinx (1860)

En savoir plus

LIÈGE, Abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame
Jean-Baptiste Le Picard (1737) / Rest. Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (1980)

bene

© Luc De Vos

C’est au fond du chœur des moniales, situé au Nord archéologique, derrière une grille de clôture, que se dresse depuis 1737 l’orgue de Jean-Baptiste Le Picard (1706-1779), le plus important facteur d’orgues liégeois du XVIIIe siècle. L’instrument de l’abbaye bénédictine de Liège est le plus ancien orgue conservé de Le Picard. Il témoigne de la maîtrise absolue du jeune facteur qui n’en était certes pas à son coup d’essai. L’utilisation de sommiers à gravures alternées pour Grand-Orgue et Positif est caractéristique de ce type d’instrument à deux claviers et demi, dans un buffet unique de 4 pieds. En 1836, Dieudonné-Joseph Comblain (Blégny-Trembleur) entreprend de moderniser l’instrument. Certains jeux aigus disparaissent au profit de jeux plus graves et plus moelleux. Le diapason est haussé d’un demi-ton, le tempérament devient égal et la tessiture des claviers est élargie au moyen de sommiers additifs. En 1910, une deuxième campagne de travaux permet d’aller plus loin encore dans les transformations : François Joris (Renaix) place un Récit expressif complet. Deux jeux anciens sont réduits au silence, mais heureusement conservés (Fourniture et Cornet). En 1977, un cahier des charges de restauration à l’identique est dressé par Hubert Schoonbroodt, professeur d’orgue au Conservatoire royal de Liège. Après consultation, les travaux sont confiés à la Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise, dirigée par Georg Westenfelder. Deux soufflets cunéiformes sont construits sur le modèle de ceux de Fraipont (milieu du XIXe siècle). Une pédale indépendante est ajoutée derrière le buffet ancien. Dans le Plein Jeu, ce sont surtout la Sesquialtera (principalisante) et les Fournitures et Cymbale – à reprises d’octave sur do3 – qui sont typiques. En 2002, l’orgue a subi un relevage complet. À cette occasion, le tempérament de Lambert Chaumont (1695), qui avait été choisi en 1980, a été remplacé par un tempérament Rameau. D’autres instruments de Jean-Baptiste Le Picard ont été restaurés à Beaufays (1742/1993), Elsaute (1747/1991) et Tongres (1753/2002).

 


 

Les Jeux

I Positif (do1, ré1-do5)
Bourdon 8 (48)
Prestant 4 (48)
Nazard 2 2/3
Doublette 2 (48)
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3 (18)
Cymbale III
Cromorne 8 (35)

II Grand-Orgue (do1, ré1-do5)
Bourdon 8 (48)
Prestant 4 (48)
Flûte 4 (48)
Nazard 2 2/3 (40)
Doublette 2 (48)
Tierce 1 3/5 (18)
Sesquialter II (30)
Fourniture III (120)
Cymbale II
Cornet IV (do#3) (74)
Trompette 8 b+d (48)
Clairon 4 (48)
Voix humaine 8

III Écho (do3-do5)
Bourdon 8
Prestant 4
Doublette 2
Cymbale II
Cornet II
Cromorne 8

Pédalier à la française (do1, ré1-fa2)
en tirasse du GO

Pédalier à l’allemande (do1-ré3)
Soubasse 16
Flûte 8
Trompette 8

Accessoires
Accouplement à tiroir POS/GO
Tirasse GO
Tremblant fort (LP)
Tremblant doux
Rossignol

Les chiffres entre ( )
indiquent le nombre de tuyaux de Le Picard.


Traction des notes > mécanique suspendue
Traction des jeux > mécanique
Diapason > 411 Hz
Tempérament > Rameau
Soufflets > 2 cunéiformes
CD > Aurore SCHOONBROODT, L’orgue Le Picard de l’abbaye des Bénédictines à Liège, Blawète, 1996.

Jean-Baptiste Le Picard (1737) / Rest. Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (1980)

C’est au fond du chœur des moniales, situé au Nord archéologique, derrière une grille de clôture, que se dresse depuis 1737 l’orgue de Jean-Baptiste Le Picard (1706-1779), le plus important facteur d’orgues liégeois du XVIIIe siècle. L’instrument de l’abbaye bénédictine de Liège est le plus ancien orgue conservé de Le Picard. Il témoigne de la maîtrise absolue du jeune facteur qui n’en était certes pas à son coup d’essai. L’utilisation de sommiers à gravures alternées pour Grand-Orgue et Positif est caractéristique de ce type d’instrument à deux claviers et demi, dans un buffet unique de 4 pieds. En 1836, Dieudonné-Joseph Comblain (Blégny-Trembleur) entreprend de moderniser l’instrument. Certains jeux aigus disparaissent au profit de jeux plus graves et plus moelleux. Le diapason est haussé d’un demi-ton, le tempérament devient égal et la tessiture des claviers est élargie au moyen de sommiers additifs. En 1910, une deuxième campagne de travaux permet d’aller plus loin encore dans les transformations : François Joris (Renaix) place un Récit expressif complet. Deux jeux anciens sont réduits au silence, mais heureusement conservés (Fourniture et Cornet). En 1977, un cahier des charges de restauration à l’identique est dressé par Hubert Schoonbroodt, professeur d’orgue au Conservatoire royal de Liège. Après consultation, les travaux sont confiés à la Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise, dirigée par Georg Westenfelder. Deux soufflets cunéiformes sont construits sur le modèle de ceux de Fraipont (milieu du XIXe siècle). Une pédale indépendante est ajoutée derrière le buffet ancien. Dans le Plein Jeu, ce sont surtout la Sesquialtera (principalisante) et les Fournitures et Cymbale – à reprises d’octave sur do3 – qui sont typiques. En 2002, l’orgue a subi un relevage complet. À cette occasion, le tempérament de Lambert Chaumont (1695), qui avait été choisi en 1980, a été remplacé par un tempérament Rameau. D’autres instruments de Jean-Baptiste Le Picard ont été restaurés à Beaufays (1742/1993), Elsaute (1747/1991) et Tongres (1753/2002).

I Positif (do1, ré1-do5)
Bourdon 8 (48)
Prestant 4 (48)
Nazard 2 2/3
Doublette 2 (48)
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3 (18)
Cymbale III
Cromorne 8 (35)

II Grand-Orgue (do1, ré1-do5)
Bourdon 8 (48)
Prestant 4 (48)
Flûte 4 (48)
Nazard 2 2/3 (40)
Doublette 2 (48)
Tierce 1 3/5 (18)
Sesquialter II (30)
Fourniture III (120)
Cymbale II
Cornet IV (do#3) (74)
Trompette 8 b+d (48)
Clairon 4 (48)
Voix humaine 8

III Écho (do3-do5)
Bourdon 8
Prestant 4
Doublette 2
Cymbale II
Cornet II
Cromorne 8

Pédalier à la française (do1, ré1-fa2)
en tirasse du GO

Pédalier à l’allemande (do1-ré3)
Soubasse 16
Flûte 8
Trompette 8

Accessoires
Accouplement à tiroir POS/GO
Tirasse GO
Tremblant fort (LP)
Tremblant doux
Rossignol

Les chiffres entre ( )
indiquent le nombre de tuyaux de Le Picard.


Traction des notes > mécanique suspendue
Traction des jeux > mécanique
Diapason > 411 Hz
Tempérament > Rameau
Soufflets > 2 cunéiformes
CD > Aurore SCHOONBROODT, L’orgue Le Picard de l’abbaye des Bénédictines à Liège, Blawète, 1996.

La fête de l'orgue - Mai 2017