LIÈGE (CHÊNÉE), Saint-Pierre

Arnold Clerinx (1871) / André Thomas (1973)

En savoir plus

LIÈGE, Cathédrale Saint-Paul

Joseph Merklin (1870)

En savoir plus

LIÈGE, Abbaye bénédictine de la Paix Notre-Dame

Jean-Baptiste Le Picard (1737) / Rest. Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (1980)

En savoir plus

LIÈGE, Église Saint-Jacques

Anonyme (1600) / Reconstruction par la Manufacture d’Orgues Schumacher (1998)

En savoir plus

LIÉGE, Saint-Barthélemy (grand orgue)

Joseph Merklin (1852)/ Pierre Schyven (1887)/ Rest. Schumacher (2014)

En savoir plus

LIÈGE, Chapelle Saint-Roch-en-Volière

Guillaume Robustelly (1769) / Rest. Dominique Thomas (2010)

En savoir plus

LIEGE, Sainte-Marguerite

André Thomas (1995)

En savoir plus

LIÈGE (ROCOURT), Saint-Joseph

André Thomas (1972), Hadrien Paulus (1998)

En savoir plus

LIÈGE, Sainte-Catherine

Arnold Clerinx (1860)

En savoir plus

LIÈGE, Salle Philharmonique

Pierre Schyven (1888) / Rest. Manufacture d’Orgues Thomas et Manufacture d’Orgues Luxembourgeoise (2005)

En savoir plus

LIEGE, Saint-Vincent

Guido Schumacher (1992)

En savoir plus

LIEGE, Couvent des Filles de la Croix

Pereboom & Leyser (1893)

LIEGE, St. Jacques (orgue ce choeur)

Anonyme XVIIIe siècle

En savoir plus

LIÈGE, Sainte-Foy

Willem Pereboom & Jan Leyser (1877)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Nicolas

Verschueren (1954)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Sacrement

André Thomas (1983)

En savoir plus

LIÈGE, Saint-Denis

Joseph Merklin (1862) / Maurice Delmotte (ca 1960)

En savoir plus

LIEGE, Sainte-Croix

Buffet de 1610 / Orgue Arnold Clerinx (1861)

En savoir plus

LIÈGE, Conservatoire royal de Musique

Georg Westenfelder (1982)

En savoir plus

LIÈGE, Temple Protestant

Orgue Joseph II Weimbs (1977)

En savoir plus

LIÈGE , Sainte-Marie-des-Anges

Willem Pereboom & Jan Leyser (1876)

En savoir plus

LIÈGE, Église du Grand Séminaire

Arnold Clerinx (1854) / Rest. Karl Kamp (1956)

En savoir plus

LIÈGE, Cathédrale Saint-Paul
Joseph Merklin (1870)

cath

© Luc De Vos 2008

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Liège fut la capitale d’une principauté ecclésiastique gouvernée par un prince-évêque. Lorsqu’éclate la Révolution française, les Liégeois s’en prennent au principal symbole du pouvoir de l’Église : la cathédrale Saint-Lambert, dont il ne reste plus aujourd’hui que les vestiges visibles sous la place du même nom (accès par l’Archéoforum). En 1803, après les troubles révolutionnaires, l’ancienne collégiale Saint-Paul est promue au rang de cathédrale. En 1805, Arnold Graindorge y installe, sous la tour, l’ancien orgue monumental (39 jeux, IV-P en tirasse) conçu par Jean-Baptiste Le Picard (1741) pour la collégiale Saint-Pierre, elle aussi détruite à la Révolution. En 1895, cet instrument quittera la cathédrale pour rejoindre l’église Saint-François de Sales, avant d’être transféré à la collégiale Saint-Martin, vers 1990, où il attend toujours sa restauration.
Au cours du XIXe siècle, la cathédrale Saint-Paul est agrandie et meublée dans le style néo-gothique. C’est dans ce contexte que Merklin-Schütze livre, en 1870, un nouvel orgue destiné à prendre place dans une chambre aménagée entre le croisillon Sud du transept et la nef latérale Sud. La composition affiche 30 jeux (III-P), mais l’instrument est construit avec 7 jeux d’emprunt, ce qui porte le nombre de jeux réels à 23. Il s’agit donc davantage d’un orgue de chœur que d’un grand orgue (à cette époque, l’orgue Le Picard trône toujours au fond de la cathédrale). Le son du Grand-Orgue, du Positif et de la Pédale est diffusé essentiellement par le remplage donnant dans la nef latérale Sud, par-dessus la console renversée. Celui du Récit expressif est diffusé dans le croisillon Sud du transept au travers d’un buffet néo-gothique orné de tuyaux postiches. Une machine Barker tire le Grand-Orgue et les accouplements, tandis qu’une seconde agit sur le Positif. En 1922, Émile II Kerkhoff (Bruxelles) place un ventilateur électrique. Vers 1950, Joseph et Oscar Reygaert (Grammont) effectuent divers travaux. Ensuite, l’instrument est démonté puis remonté par Victor Van de Loo (Louvain), pendant la restauration de la cathédrale. En 1974, Jos. Loncke (Esen) procède à une recomposition de la Fourniture du Grand-Orgue. En 1986, la Manufacture d’Orgues Thomas (Francorchamps) procède à un grand relevage. La machine Barker du Positif et les gosiers des réservoirs primaires ont été récemment remis en peau.
Dans le cadre de la restauration prochaine de la cathédrale, deux projets sont actuellement à l’étude : la restauration à l’identique de l’orgue Merklin-Schütze, maintenu en tant qu’orgue de chœur, et la construction, au fond de la cathédrale, d’un grand orgue d’une soixantaine de jeux réutilisant comme point de départ la tuyauterie de l’instrument élevé en 1909 par Jules Geurts (Berchem-lez-Anvers) sur la tribune occidentale (19 jeux, II-P).




 

Les Jeux

I Grand-Orgue (do1-sol5)
Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Flûte 8
Salicional 8
Prestant 4
Flûte 4
Fourniture III-IV
Cornet V (do3)
Trompette 8
Clarinette 8

II Positif (do1-sol5)
Bourdon 8 (tr. GO)
Flûte 8 (tr. GO)
Salicional 8 (tr. GO)
Flûte 4 (tr. GO)
Quinte 3
Doublette 2
Clarinette 8 (tr. GO)

III Récit expressif (do1-sol5)
Principal 8
Bourdon 8
Viola di gamba 8
Flûte écho 4
Flageolet 2
Voix humaine 8
Trompette harmonique 8
Basson-Hautbois 8

Pédale (do1-ré3)
Contrebasse 16
Soubasse 16 (tr. GO)
Octave 8 (tr. GO)
Trombone 16

Accessoires
I/P
II/P
III/P
II/I
III/I
III/I 16
Barker I
Anches I
Anches III
Anches Péd.
Trémolo III
Expression III (cuillère à 3 crans)

Traction des notes > mécanique avec machines Barker (GO et Positif)
Traction des jeux > mécanique
Diapason > 440 Hz
Tempérament > égal
Soufflets > réservoirs à lanterne

La fête de l'orgue - Mai 2017